FALAISE - Le Mémorial des Civils dans la Guerre.

Logo de la fondation
Positionnement de Falaise sur carte la de France

Plus de 75 %... Ce n'est pas un score électoral, mais le pourcentage minimum de destructions des principaux villages et villes stratégiques des cinq départements normands pendant et après le débarquement.
Une région sacrifiée afin que les alliés mettent le pied sur le continent pour ouvrir le front Ouest farouchement défendu par l'occupant. Plus de 19 000 civils sont tués dont plus de 3000 le 6 juin 1944 sous les bombardements.
Des milliers de gens qui errent dans les décombres, les cadavres, les mines et autres bombes non explosées...
Des civils pris entre deux feux, qui ont faim, soif, pas d'abri, qui errent sur les routes...
Une situation tragique qui perdure des années, le temps de la reconstruction qui durera plusieurs années.

Suivez le guide

Simca 5 de 1935

Montez quelques marches et vous serez accueilli dans le hall par une Simca 5 de 1935, symbole de l’exode. En avant première, elle annonce l’arrivée de nombreux objets dans les vitrines du musée sur trois niveaux ...

La France occupée

Bureau de placement

La visite nous plonge dans les méandres d’une France occupée. L’armistice du 22 juin 1940 divise la France en deux zones : la zone d’occupation allemande au Nord, la zone non occupée au Sud. L’ensemble de l’administration de la zone occupée compte environ 140 000 femmes et hommes allemands pour une population française de 40 millions d’individus.

L'inscription «Arbeit macht frei»

La vie au quotidien

Vélo d’époque

Pendant cinq ans d’occupation la population civile tend à une vie  « normale » et relève le défi de « vivre ». Les vitrines illustrent des lieux qui rythment le quotidien : une salle de cinéma avec son rôle de propagande, une salle de classe bien austère , le rationnement. Les pénuries sont multiples et la « petite reine » est un moyen précieux de déplacement.

Salle de classe

Des témoignages vidéo

Parmi 80 témoignages audio, citons celui de Lucien, 8 ans en 1940 : « Il est grand temps que tout ça sorte de ma tête. Je faisais des cauchemars, et beaucoup de bêtises. J’en garde une cicatrice invisible. C’était… On ne peut pas se figurer ce que c’était ».

Les bombardements

Message d’alerte

1944 … On parvient à entendre, à ressentir ce que Lucien n’a pas pu dire en abordant la salle numérique qui nous enveloppe dans la fureur d’un bombardement par le truchement d’un film. Coïncidence : les fouilles préventives à la construction du Mémorial ont mis à jour la cave intacte d’une maison bombardée au phosphore . Dallage, assiettes, chaises,figés... Tout nous est montré au travers d’un sol transparent. C’est criant de vérité et poignant. Nous sommes arrivés au plus près du vécu.
Plus loin dans la salle, on sort de Normandie afin de dresser une longue liste des villes francaises, europénnes et dans le monde ayant été lourdement écrasées sous les bombademements jusqu'à l'ultime horreur de ceux d'Hiroshima et Nagasaki.

déminage

La reconstruction

Endroit pour faire leur besoins

A la libération, tout n’est pas fini. En sont témoins les rescapés des déminages :3 000 volontaires français et 30 000 prisonniers allemand affectés jusqu’en 1947 à cette tâche. La dépollution militaire a coûté la vie à 2 500 hommes. Les munitions non explosées vont continuer à faire des victimes par la suite. S’en suivra une longue reconstruction.

Au cœur de l’Histoire

Logo de la fondation

Avec le Mémorial des Civils, la bataille de Normandie qui a durée 100 jours est remise au cœur de l’Histoire avec « la poche de Chambois » et son couloir de la mort. Eisenhower écrira plus tard :« Le champ de bataille de Falaise fut sans conteste l’un des plus grands champs de tueries qu’aucun secteur de la guerre eût jamais connu ». Vous pourrez ainsi voir cette visite comme préventive des horreurs collatérales  des guerres, quelle que soit leur forme prise de nos jours.

Et si vous passez à Falaise, passez aussi le "Bonjour" à Guillaume...
E & P. Lécot - FML21.

Drapeaux français