YVONNE HUGI - Souvenirs d’une « Merlinette »

Logo de la fondation Drapeaux français

Mon premier poste

fut Cernay (Haut-Rhin) du 9 au 24 février 1945.
Nous étions installées dans 3 pièces d’un appartement sans électricité, sans eau, sans feu, seules et sans armes, dans des locaux précédemment bombardés, avec quelques boîtes de rations alimentaires.

Je n’oublie pas le froid de cet hiver 1944-1945 qui, jour et nuit, entrait par les fenêtres béantes dont j’ai dû, en premier travail, remplacer les vitres par du papier cellophane à pots de confitures, trouvé dans les ruines de la petite épicerie locale.

L’eau : à la fontaine de la place de l’Eglise, pour la boisson, la toilette et le lavage du linge de corps (pensez que nous étions des femmes et qu’à certains jour du mois….)

Le feu : du bois récupéré dans les ruines et un sac de briquettes de charbon réquisitionné après de fortes discussions avec le responsable de la Mairie, qui parfois semblait à peine comprendre le bien-fondé de la requête de ce diable de petite « bonne femme soldat » qui lui parlait en clair langage français et pas en dialecte.

Alors, ne soyez pas étonnés si je ne garde pas de bons souvenirs de l’accueil que nous y avons reçu !

Les wc : n’en parlons pas… : le tas de fumier d’une ferme voisine !

La lumière : des bougies et 2 lampes-tempête (en économisant au maximum le pétrole).

Voilà, bien pauvrement résumés, les débuts de mon engagement et je dois vous avouer qu’il m’est arrivé, parfois, de me demander ce que j’étais « venue faire dans cette galère » !

Retour à Belfort

à partir du 24 février 1945, au repos, où nous retrouvons la vie de caserne, sans problèmes, si ce n’est parfois le regard malveillant de certaines filles qui nous jugent « planquées et favorisées »…. !

Colmar

Photo du le rocher de NINH BINH

Le 2 mars 1945, mon équipe est envoyée à Colmar et hébergée à la Grande Poste, en attendant un hypothétique local à trouver.

Etant venue présenter ma demande à l’ex-résistant, commandant de la Place, je me vois éconduite vertement : « Cherchez vous-même un local à votre convenance et je vous donnerai un bon de réquisition ».

Voyant mon désarroi, un jeune lieutenant, outré de la désinvolture de son chef, me propose à ma sortie de me piloter dans les ruines de cette ville qu’il connaît bien.

Et nous voilà visitant des lieux abandonnés, passant d’une maison à l’autre en escaladant parfois les clôtures.

C’est ainsi que dans l’une d’elles, où nous étions entrés par la porte donnant sur le jardin, après avoir visité partout, nous sortons par la porte d’entrée et je vois le lieutenant livide fixant des yeux la pancarte collée à la porte : une énorme tête de mort et l’avis « Défense expresse d’entrer – Maison minée ».

Nous trouverons enfin, plus tard, un local disons….. vivable.

Le 3 avril 1945 : avons ordre de nous préparer pour l’Allemagne.

À mon équipe sera adjoint alors un jeune officier, Chef de Centre et armé.

L’Allemagne

Le 5 avril 1945 : arrivons à Winden, dans une ferme que les Goumiers viennent de quitter.
Comme les rations alimentaires ne nous parviennent pas, il me faut quêter de quoi manger, allant même jusqu’à « faucher » les légumes oubliés dans les jardins abandonnés.
Le 19 avril 1945 : départ précipité pour Germersheim et installation de l’équipe dans les ruines d’une manufacture de tabac, où nous trouvons un peu moins d’inconfort qu’à Colmar.
La seule eau, en plus non potable, est celle d’un ruisseau à plus de 500 mètres et, comble de bonheur…., nous nous apercevons que nous avons des poux !
Quoi faire ? J’avise alors dans les réserves de la manufacture une bonbonne d’acide acétique : frictions imposées à toutes et résultat radical constaté !
Le 26 avril 1945 : départ pour Karlsruhe et traversée du Rhin sur pont de bateaux.
Le 10 mai 1945 : la compagnie est transportée à Lindau, sur le lac de Constance, et c’est mon équipe qui doit rester à Karlsruhe pour assurer les liaisons, en attendant la prise de possession de ce secteur par l’armée américaine.
Le 22 juillet 1945 : nous quittons Karlsruhe à 11 h 15 pour Lindau.
Le 4 août 1945 : la compagnie quitte Lindau pour Baden-Baden et c’est à nouveau mon équipe qui « boucle ».
Le 25 août 1945 : notre séjour à Lindau se termine.
Nous regagnons Baden-Baden.
Devenues désormais inutiles, les « équipes volantes » sont dissoutes.
Suit alors mon travail de surveillante, jour et nuit, aux centraux « Hirondelle » et « Aquarium » et à nouveau la vie de caserne jusqu’à ma démobilisation et mon retour au Central Téléphonique P.T.T. de Dijon.

Retrouvailles

Au mois d’octobre 1993, trois des filles de mon équipe m’ont fait la grande joie de venir me voir.

Le correspondant du journal « Le Bien Public » s’était déplacé ; mais son article, jugé inintéressant, n’est pas paru, ce qui a provoqué mon intervention dont je vous donne copie ici.

Lettre envoyée le 6 novembre 1993 au rédacteur en chef du journal « Le Bien Public »

Début octobre, le correspondant de votre journal pour le canton de Saint-Seine-l’Abbaye vous a transmis un court article relatant les retrouvailles, après bientôt 50 années d’éloignement, de 4 femmes qui, jeunes filles d’une vingtaine d’années, répondant à l’appel de la Nation pour la libération de son territoire occupé, se sont engagées dans l’Armée Française pour la durée de la guerre.

Je pensais qu’un modeste article dans votre journal, relatant cet événement plein de souvenirs, de tendresse et d’émotion, valait au moins autant que la prise d’une carpe de 18 livres, la récolte d’un légume monstrueux ou la photo d’un groupe familial fêtant des Noces d’Or.

Comme vos services, non intéressés, ont jugé bon de ne pas faire paraître l’article envoyé, laissez-moi vous rappeler ceci :

Remontons le temps et revenons 50 ans en arrière……

Photo du le rocher de NINH BINH

Grâce en partie au dévouement de jeunes filles engagées volontaires dans l’armée pour la durée de la guerre, beaucoup de Français, soulagés du joug de l’occupation, et pour certains (grâce à la présence de femmes à divers postes) dispensés d’un possible enrôlement obligatoire, fêtaient en grande liesse une liberté retrouvée qu’ils ne devaient certes pas, pour la plupart, à leur mérite propre, à leur courage ou à leurs efforts personnels.

Des filles de chez nous, ambulancières, infirmières ou opératrices des Transmissions, sans repos, sans répit, continuaient courageusement à travailler durement pour leur patrie, leur engagement, pendant qu’ailleurs d’autres Français, profitant d’une liberté retrouvée, riaient et s’amusaient.

Mais, au retour de ces courageuses filles, que d’ingratitude, que d’allusions perfides, insidieuses, mensongères en récompense de leur dévouement !

C’est ainsi qu’elles ont été remerciées par ceux qui leur doivent au moins un peu de reconnaissance, et c’est pourquoi je ne supporterai jamais d’entendre dénigrer et salir de telles filles, dons je suis fière d’avoir fait partie.

Je regrette vivement d’avoir été obligée de faire cette mise au point car, les années passant, on oubliera, si ce n’est déjà fait, quel a été le rôle des femmes dans la libération de la France en 1944 et cela me fait bien mal….

Logo de la fondation


(Témoignage délivré fin 2007 ; Yvonne HUGI est décédée en mai 2013).
Drapeaux français